Accession à la propriété : qu'en est-il de la fiscalité des plus-values immobilières en Europe ?

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

 

Dans quels pays la résidence principale est-elle totalement exonérée de taxation sur les plus-values sans aucune restriction ? L’Europe présente un panorama très diversifié, avec des taux variant parfois du simple au double. Petit tour d’horizon avec ERA Immobilier.

 


Dans de nombreux cas, la résidence principale est exonérée d'impôts sur les plus-values. Il existe toutefois assez souvent une période de détention minimum de quelques années pour avoir droit à cette exemption fiscale.


La résidence principale est purement et simplement exonérée de taxation sur la plus-value en France, au Portugal, aux Pays-Bas ou en Belgique, un atout non négligeable. Mais attention, s'il ne s'agit pas de la résidence principale, l’imposition des plus-values immobilières peut vite grimper et être élevée, voire très élevée : de 34,5 % en France – un taux record – à 28 % au Portugal par exemple.


En Allemagne, il faut garder sa résidence principale (ou secondaire) 10 ans pour éviter la taxation sur les plus-values immobilières. En Bulgarie, il faut patienter 5 ans pour bénéficier d'une exonération (sans quoi une taxation de 10 % est imposée), alors qu'en République tchèque il faut détenir le bien depuis 5 ans (ou y vivre depuis 2 ans) pour obtenir cette exonération (sans quoi une taxation de 15 % est appliquée).


La Roumanie a un système particulièrement complexe. Pour les immeubles ou les terrains acquis depuis moins de 3 ans au moment de leur cession, l'imposition sur la plus-value est de 3% de la valeur de la transaction pour tout montant qui ne dépasse pas 200.000 RON (45.000 euros); pour les montants supérieurs à 200.000 RON, il faut acquitter 6.000 RON (1.360 euros) + 2% sur la valeur qui dépasse 200.000 RON. Si la propriété est détenue depuis plus de 3 ans : il faut acquitter 2 % de la valeur du bien, s'il ne dépasse pas 200.000 RON (45.000 euros); pour les montants supérieurs à 200.000 RON, il faut acquitter 4.000 RON (910 euros) + 1% sur la valeur qui dépasse 200.000 RON.


En Autriche, où l’imposition disparaissait au bout de 10 ans de détention précédemment, une taxation des plus-values à 25 % est désormais imposée. En Suède, l’imposition des plus-values immobilières est là aussi élevée à 22 %, mais une partie de la taxation peut être reportée dans le cadre de l’achat d’un nouveau bien. Assez élevée également en Turquie, l'imposition sur les plus-values se situe à 18 %. Mais en Suisse, elle n'est que d'un minime 8 %.

Le flash

займ онлайн