Immobilier : le manque d’information perturbe les futurs acquéreurs

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon


Le moral des acquéreurs immobiliers pourrait être meilleur. Malgré les bonnes conditions du marché avec de faibles taux d’emprunt, des prix en baisse et des aides gouvernementales adaptées, les acquéreurs ne semblent pas vraiment se rendre compte de la situation favorable dans laquelle ils baignent.

 


Selon le baromètre Logic-immo TNS Sofres, qui publie aujourd’hui sa 18e vague, les intentions d’achat immobilier bondissent de 50% en ce début d’année. Un fossé semble même en train de se creuser avec les intentions de ventes dont la tendance est à la reprise, mais avec un impact plus modéré (+25%). « Au global, l’équilibre entre l’offre et la demande semble basculer de plus en plus en faveur des vendeurs », précise l’observatoire.


Après une reprise l’été dernier, les taux d’intérêt des prêts immobiliers se sont stabilisés à un niveau historiquement bas et sur le point de rattraper ceux du printemps 2015. De leur côté, les prix ont, d’une manière générale stagné sur l’année 2015 et restent aujourd’hui bien en deçà de ce que les acheteurs ont pu connaître il y a à peine 5 ans avec des prix plus élevés de 6% couplés à des taux d’emprunt supérieurs de plus d’1,6 points.


Les futurs acheteurs semblent avoir assimilé le contexte favorable du marché immobilier actuel puisque 69% pensent que c’est le bon moment pour acheter un logement. Pourtant, ils ne sont pas aussi enthousiastes qu’en avril 2015, période où 80% d’entre eux partageaient le sentiment que c’était le moment de passer à l’acte. Un optimisme record depuis la création de l’Observatoire du Moral Immobilier. Aujourd’hui, une certaine paranoïa sur une potentielle augmentation des prix semble même ressortir de l’observatoire Logic-immo, alors qu’il n’y a pas de raison particulière à cela.

20160317_inside


« De leur pouvoir d’achat, aux mesures de soutien, en passant pas les taux d’intérêt, les acheteurs immobiliers semblent contents, mais pas nécessairement conquis. Une bascule pourrait tout de même s’opérer s’ils étaient suffisamment accompagnés et informés sur l’ensemble des opportunités qui s’ouvrent à eux aujourd’hui. Maîtriser les dispositifs d’aide à l’achat, disposer d’une meilleure lecture de l’évolution des taux immobiliers, avoir une approche plus fine de son pouvoir d’achat immobilier… l’information reste la clé de la concrétisation des projets immobiliers » explique Cyril Janin, Directeur Général de Logic-Immo.com et porte-parole de l’Observatoire du Moral Immobilier.


L’information donc. Cette notion manque cruellement aux futurs acquéreurs qui ont une mauvaise perception de leur pouvoir d’achat immobilier, alors qu’il est en nette progression depuis 2011. Selon Logic-Immo.com, seuls 38% des candidats à l’acquisition en 2016 disent bénéficier d’un meilleur pouvoir d’achat immobilier que les acquéreurs de 2011. Une situation privilégiée qu’ils expliquent notamment par des taux d’intérêt bas (83%) et des prix plus attractifs (54%). Toutefois, l’analyse n’est pas la même chez 37% des candidats à l’achat qui ont, quant à eux, exprimé le sentiment d’un pouvoir d’achat immobilier en déclin.


Avec un taux d’intérêt moyen à 2,33%, selon la Banque de France, trois acquéreurs immobiliers sur quatre pensent que les taux sont attractifs. Pourtant, ils ne sont que 37% à évoquer les taux comme déclencheurs de leur projet immobilier. À taux d’intérêt équivalent en avril 2015 (2,34%), la part des acheteurs attirés par le niveau des taux était alors de 46% et ils étaient 85% à les qualifier d’attractifs. Les candidats à l’accession semblent légèrement « refroidis ».


« La baisse annoncée du taux directeur de la Banque Centrale Européenne et son impact sur les taux de crédit immobilier dans les mois à venir devrait remettre du baume au cœur aux futurs acheteurs et les aider à prendre conscience des taux exceptionnels dont ils bénéficient », tempère l’observatoire.


Et les aides gouvernementales ne semblent pas améliorer grand-chose. Encore un manque d’information qui joue en défaveur des acquéreurs. En effet, près du tiers (31%) des personnes interrogées par l’observatoire ne savent même pas s’ils sont éligibles au nouveau Prêt à taux zéro (PTZ), entré en vigueur début 2016. Ils sont seulement 22% à en être conscients et 48% à être persuadés d’en être exclus.


« Les futurs acquéreurs sont en demande permanente de plus de transparence, de plus d’information et de réassurance pour comprendre un marché complexe et régulièrement chamboulé. Cette étape de décryptage devient un passage incontournable avant de devenir accédant à la propriété et de le faire dans les meilleures conditions », conclut Cyril Janin.

Le flash

займ онлайн