Location meublée : est-ce toujours plus avantageux ?

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon


Bon nombre de propriétaires choisissent chaque année de mettre leur bien en location meublée à la place d'un bail classique en location vide. Mais cette pratique est-elle toujours plus avantageuse ?

 

Une demande forte mais qu'il faut savoir capter

Selon l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), le parc locatif privé s'élèvait à 9,5% en 2012, une progression de presque 6 points par rapport à 1982. Si dans les grandes agglomérations, particulièrement à Paris, la demande pour les studios et les deux pièces meublés reste élevée, la rotation des locataires y est plus forte qu'autre part. À vous donc de promouvoir efficacement votre bien pour capter au mieux cette clientèle volage.

 

Quelques point à connaitre avant de mettre en location

Premièrement, il faut vérifier si votre copropriété autorise la mise en location de bien meublé. Ce n'est pas toujours le cas donc pour être sûr d'être en règle : renseignez-vous ! Ensuite, un bail de meublé est plus court qu'un bail de location nue (vide) puisqu'il engage sur 12 mois (9 mois pour les étudiants) et non sur 36 mois.

Par ailleurs, une fois arrivé à terme, vous pouvez donner congé à votre locataire dans le cas où vous souhaiteriez par exemple loger un parent direct ou si vous souhaitez vendre votre bien. Sachez également que votre locataire ne bénéficie pas de la priorité pour acheter. Enfin, le préavis de congé est de 3 mois contre 6 mois pour un bail en location nue.

 

Une fiscalité plus avantageuse mais limitée à un certain revenu

La location meublée vous donne la possibilité de fixer un loyer en moyenne 15% plus important par rapport à une location en nue. Vous bénéficiez également d'un abattement forfaitaire de 50 % car les loyers des locations en meublées sont classés dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux.

Par ailleurs, le bien lui-même, les travaux effectués et les meubles qui l'équipent peuvent être amortis. De plus, les charges et les intérêts d'emprunts peuvent être déduits. Avec ces options, vous ne payerez pas la CSG-CRDS sur 10 ans au minimum.

Par contre, faites attention à ne pas dépasser un seuil de 23 000€ de bénéfices liés à l'exploitation de vos biens. Auquel cas, vous seriez dans l'obligation de passer sous le régime social, moins avantageux, des indépendants.

Le flash

займ онлайн