Loyer fictif : l'équipe de Macron dément cette proposition

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

 

Le candidat à la présidentielle du mouvement "En marche" a démenti, par la voix de son coordinateur de campagne Jean Pisani-Ferry, la proposition d'imposer un loyer fictif aux propriétaires en cas de victoire, renvoyant celle-ci à des rumeurs sur le web.

 

L'origine présumée de la rumeur

Il faut chercher dans le passé du coordinateur de la campagne d'Emmanuel Macron. En effet, jusqu'en janvier de l'année en cours, Jean Pisani-Ferry était à la tête d'un groupe de réflexion gouvernementale nommé France stratégie. Et il se trouve que ce groupe est à l'origine de l'idée de taxer les propriétaires sur la base du loyer fictif, généré par leur bien acquis, en contre-partie de la suppression de la taxe foncière.

 

Qu'est-ce que le loyer fictif ?

Le loyer fictif est le calcul du loyer probable qui serait versé au propriétaire dans le cas où celui-ci déciderait de louer le bien dont il a l'usage actuellement. Et, bien que fictif, beaucoup des économistes du groupe France stratégie classent ce revenu dans la même catégorie que les dividendes touchés par les actionnaires ou les plus-values générées lors de la transaction d'un bien.

 

Rumeur Vs Démenti : le gagnant est le débat

Au-delà des coups de communications classiques en période électorale, et qui plus est au regard de la tonalité particulièrement hargneuse de celle-ci, la nouvelle de l'inscription de la mesure dans le programme d'Emmanuel Macron et maintenant le démenti de son coordinateur de campagne, ont pour résultante de poser les termes d'un futur débat qui ne manquera pas de repparaître dans les prochains mois.

Le flash

займ онлайн